Chili : la Tirana au rythme de la Vierge

La Tirana en fête

La Tirana en fête

La Tirana. Un village perdu dans le désert et la poussière du Nord du Chili. L’année près de 800 habitants peuplent les petites maisons du village. Mais aux alentours du 12 et 18 juillet, ce sont environ 200 000 personnes qui se réunissent ici. Et ceci en l’honneur de la Vierge Del Carmen, Sainte patronne du Chili.

Au programme, plus d’une semaine de festivités. Une fête religieuse teintée de traditions ancestrales. Apothéose du syncrétisme d’Amérique du Sud. Pour honorer la Vierge, des centaines de confréries de danseurs font le chemin depuis le Nord du Chili, du Pérou ou de la Bolivie. Au total, plus de 25 000 danseurs prennent possession de La Tirana. Dans des costumes colorés, sous des masques, chaque groupe danse nuit et jour au son des tambours et des trompettes. Des danses représentants la lutte entre le bien le mal. Le diable nargue les visiteurs, les danseuses font tournoyer leurs jupons. Un brouhaha constant s’échappe alors de La Tirana.

Religion et tradition

Le 16 juillet, jour de la vierge Del Carmen, est le jour le plus important des festivités. La représentation de la vierge est promenée sur les chemins de terre du village. A la nuit tombée, une messe est organisée en plein air, sur la place de l’Eglise. Tour à tour, les pèlerins accompagnent de leurs prières les statuettes de Joseph, Jésus et de la Vierge dans l’Eglise d’où elles seront ressorties l’année suivante. Les tambours ne cessent pas, les danseurs continuent leurs pirouettes et les fidèles prient pour leur famille.

Pour arriver jusqu’à la Tirana, il est possible de prendre le bus depuis l’une des villes avoisinantes. Comme à Iquique, à 72 km en direction des côtes. Les visiteurs descendent une fois arrivés au village mais d’autres préfèrent le chemin de croix. En plein cagnard, les fidèles marchent jusqu’à l’Eglise. D’autres font le chemin accroupi ou en rampant.

La Tirana en fête

La fête de la Tirana, c’est aussi l’occasion pour de nombreuses familles de se retrouver. Aux abords du village, des campements sont organisés. Atours des popotes qui chauffent sous un feu improvisé des tentes sont plantées.

Et pour accueillir tous ces visiteurs le village s’organise. Chaque pas-de-porte accueille un petit stand de nourriture ou de boisson. Des vendeurs de confiseries viennent des quatre coins de la région et même de Bolivie, pays voisin. Certains habitants du village ouvrent leurs toilettes pour quelques pesos.

La fête de la Tirana est une fête religieuse, mais aussi un moment de convivialité de musique et de  folklore.

Date du reportage : juillet 2012
Comparer les prix des hôtels et billets d'avion pour le Chili

Florine Constant

Journaliste à BFM TV née le 31/12/1988. Diplômée l'école de journalisme de Grenoble, M2. Journaliste en devenir, voyageuse passionnée.

Un commentaire

  1. Ping :Chili, fin d'un voyage magique ! - Caraporters

Laisser un commentaire