Chili : attention au mal de l’altitude !

Cordillère des Andes

La Cordillère des Andes au Chili / © Michel Meynsbrughen

Au-delà de 3000 mètres d’altitude, l’organisme est dans une situation inhabituelle et les fans de trekking peuvent même avoir de sérieux problèmes à partir de 5000 mètres.

Le Mal aigu des montagnes (MAM) est un vrai phénomène à ne pas négliger. Le Chili, dont la géographie est indéniablement liée à la Cordillère des Andes, possède de nombreux points de vue que les touristes se pressent d’atteindre. Seulement voilà, nous ne sommes pas tous égaux face à l’altitude et la balade peut vite se transformer en cauchemar.

Manque d’oxygène

Il serait bien hasardeux de se lancer à la conquête des sommets chiliens sans avoir pris quelques précautions contre ce syndrome de souffrance lié à une montée trop rapide en altitude. Avant de préparer votre voyage au Chili, il faut savoir que si l’envie vous prend de vous aventurer au-delà de 3000 mètres, l’oxygène disponible pour l’organisme diminue fortement. Il est même réduit de moitié au-delà de 5000 mètres.

A partir de cette altitude, tout le monde est concerné par le MAM. Cette réaction peut se faire progressivement, au fur et à mesure qu’on monte, ou de façon immédiate car l’organisme est mis à rude épreuve pour capter l’oxygène manquant. Souvent, ces troubles sont bénins (nausées, essoufflement, maux de tête…) et disparaissent le temps de l’acclimatation, mais ils peuvent se traduire par des complications graves avec des oedèmes pulmonaires ou cérébraux, entre autres.

Quelques précautions contre le mal de l’altitude

Avant chaque départ dans un pays où vous allez affronter les hautes altitudes, il est préférable de consulter un médecin qui peut détecter d’éventuels problèmes physiques, en sachant qu’être un grand sportif ne vous protège pas du MAM.

Une fois sur place, l’acclimatation peut se faire généralement en quelques jours jusqu’à 3500 mètres. Ensuite, pour aller plus haut et éviter le mal de l’altitude, il est conseillé de respecter de nombreuses consignes : pas d’efforts violents, pas plus de 700 mètres d’altitude d’une nuit à l’autre, s’alimenter correctement et boire beaucoup (notamment les infusions)…

Parque National Nevado Tres Cruces

Parque National Nevado Tres Cruces / © Davide Zanchettin

Laisser un commentaire