Entre mer et montagne, échappez-vous au Pays basque

Pays basque

Vous avez envie d’un week-end dé-pa-y-sant, mais vous hésitez entre mer et montagne ? Et si vous optiez pour les deux ? Attrapez chaussures de randonnée et maillot de bain, serviette de plage et parapluie, quelques bouquins pour patienter dans le train et filez à Saint-Jean-de-Luz, en terre et côte basques.

Saint-Jean-de-Luz, perle du Sud-Ouest

La ville de Saint-Jean-de-Luz constitue le point de départ idéal pour découvrir le Pays basque… mais ne partez pas en vadrouille avant d’y avoir passé un peu de temps ! Saint-Jean-de-Luz possède un patrimoine architectural, historique, gastronomique et environnemental qui vaut le coup d’oeil.

Premier réflexe à avoir : se rendre à l’office du tourisme, qui propose, à certaines dates, des visites commentées de la ville. Si vous avez la chance d’avoir de partir avec Myriam, la visite vous enchentera, et plus encore. Du port aux petites ruelles, de la maison de l’Infante au bord de mer en passant par l’église Saint-Jean Baptiste, classée monument historique depuis 1931, aux rues animées et aux maisons à passerelles, elle vous dira tout, vraiment tout, sur ce qu’il faut savoir de la ville.

Baladez-vous ensuite rue Leon-Gambetta, principale artère piétonnière de la ville où s’enfilent boutiques de souvenirs et de spécialités. Deux adresses pour les gourmands : la Maison Adam et Pariès. La première, avec sa facade ornée de faux piments d’Espelette noir et rouge, est proprement immanquable. La pâtisserie est réputée dans toute la région pour ses macarons et son gâteau basque. Quand à la seconde, elle doit sa réputation à ses “muxu”, sorte de macarons dont le nom basque signifie un “baiser”, mais aussi ses kanougas – des caramels mous étonnants – et bien sûr, son gâteau basque.

Le Pays basque, destination gourmande

Si vous vous décidez à dormir sur place, Saint-Jean-de-Luz vous offre l’embarras du choix, entre campings, hôtels ou encore chambres d’hôtes, tout dépend, bien sûr, de la saison. Au coeur de la ville, le Grand hôtel de la Poste constitue une halte idéale : des tarifs abordables (à partir de 62 euros la chambre double), à deux pas de la plage et de la gare, et une atmosphère envoûtante ; cette demeure du 18e siècle, à l’architecture néo-basque tout juste rénovée, réserve un cadre ultra-chaleureux.

N’hésitez pas à piquer une tête dans la plage toute proche, si la météo est clémente (ce qui est souvent le cas). Même un 25 octobre, la température de l’eau pourrait vous étonner par sa douceur…

Incontournable du soir : manger dans une cidrerie. Car oui, les Basques font du cidre. Où plutôt, du vin de pommes. Rien à voir avec leurs homologues normands ou bretons, celui-ci est plus acide, contient plus d’alcool (entre 4 et 6%) et moins de bulles. Txopinondo est une cidrerie réputée et propose visite et dégustation de sa cave. Le repas est immuable : chorizo, omelette à la morue, côte de boeuf, frites, fromage de brebis et pâte de fruit. Et bien sûr du cidre, à volonté. Lorsque vous entendrez l’appel du “txotx” – un “tchoutch” retentissant – cela signifie que le serveur va ouvrir un fût de la cave et que vous pouvez venir le goûter.

Enfin, si vous êtes d’humeur festive, et véhiculé, n’hésitez pas à passer la frontière toute proche. Irún, à 10 minutes de voiture, vit à l’heure espagnole.

Itsas Mendi

Saint-Jean-de-Luz, 9h. La nuit a été courte mais vous ne voulez pas gâcher votre séjour sur place par une grasse matinée qui n’en finirait pas. Un seul point vous taraude : de la mer ou de la montagne, que choisir ?

Si vous êtes plutôt montagne, et prêt à avaler des centaines de mètres de dénivellé, attrapez de bonnes chaussures et suivez le guide. Avec ses 440 kilomètres de randonnées balisées, vous devriez forcément trouver votre bonheur sur le territoire.

Bon à savoir : vous n’avez pas forcément besoin de marcher des heures pour admirer des paysages à couper le souffle. On vous donne l’astuce : il suffit d’emprunter le train qui monte à la Rhune. Véritable institution, le train à crémaillère, tout en bois, est pittoresque au possible et offre un régal pour vos yeux tout au long de la montée. Avec ses 900 et quelques mètres, la Rhune est le point culminant de la région. Par beau temps, le sommet offre un panorama grandiose, des landes jusqu’à l’Espagne. L’été, armez-vous de patience (et prévoyez un pull pour le sommet) : avec ses 360 000 entrées annuelles, c’est la destination la plus courue de la région. Attendre une à deux heures est monnaie courante.

Avant de partir à l’assaut des splendides grottes de Sare, à quelques kilomètres de là, faites donc une halte au village. Habité par 2500 personnes, ce dernier offre un environnement apaisé et typiquement basque, avec le triptyque local : fronton-église-mairie. Si la balade au sommet de la montagne vous a ouvert l’appétit, l’ancien relais de Compostelle Arraya devrait largement arriver à vous contenter (ne partez pas sans avoir goûté leur gâteau basque, un des meilleurs de la région !).

Repus ? Un peu trop même ? Rien ne vaut alors une petite balade digestive… et culturelle. C’est précisément ce que vous proposent les grottes de Sare. Plongez-vous une heure durant dans ces grottes de calcaire sculptées par l’eau pendant des millénaires, tout autant que dans la mythologie basque.

Dernière adresse de la journée, pour finir sur une note shopping : la boutique, et surtout l’atelier de fabrication de la maison Lartigue, à Ascain, un des trois tisseurs basques encore en activité. Des produits de qualité (linge de maison, espadrille, mais aussi house pour iPad) qui fleurent bon la tradition, avec une touche de modernité et de la couleur en veux-tu en voilà… parfait pour égayer votre maison !

Une côte sauvage préservée

Si vous êtes plutôt mer, là aussi vous n’avez que l’embarras du choix tant la côte est vaste et les paysages variés, tout autant qu’authentiques. A l’automne 2013, Terre & Côte basques, l’association qui élabore et coordonne la politique touristique du territoire, a lancé à Ascain et à Hendaye “petite rando et grandes énigmes”. Une autre façon de partir à la découverte du Pays basque à travers des énigmes à résoudre autour de la mythologie basque. Face au succès rencontré, l’initiative devrait être pérennisée pendant les vacances, à Pâques et à la Toussaint.

Et c’est tant mieux. Parce que les balades valent le coup d’oeil, notamment celle d’Hendaye. Le sentier qui longe la côte sur une petite dizaine de kilomètres offre des points de vue grandioses, sur la ville frontalière et sur l’Espagne, mais surtout sur la côte, parfaitement préservée à cet endroit. Par moment, les falaises, abruptes, plongent dans une mer aux reflets bleu turquoise ; ailleurs, la pente se fait plus douce, dévoilant, ça et là, de petites plages insoupçonnées. Ponctuée d’anecdotes sur la mythologie grecque et les laminak, la balade se fait nature… et culturelle.

Et quoi de mieux pour terminer cette balade qu’un restaurant au bord de l’eau ? Sur la route de Saint-Jean-de-Luz, à Socoa, arrêtez-vous chez Ispeguy : chipirons, moules-frites ou encore sardines, les produits de la mer y sont délicieux. Quoi de mieux pour terminer en beauté votre escapade au Pays basque ?

> Envie d’un autre regard sur le Pays basque ? Deux petits liens chez intelligently-fashionable.blogspot.fr et Mademoisellebonplan.fr

2 commentaires

  1. Ping :Mes bonnes adresses au Pays Basque | MADEMOISELLE BON PLAN

  2. Ping :Zugarramurdi, le hameau des sorcières basques - Caraporters

Laisser un commentaire