Sous un igloo, en luge ou en bob… La Plagne se dévoile autrement

Entre 1250 et 3250 mètres d’altitude, La Plagne c’est 225 km de pistes. Mais aujourd’hui, la station ne vous offre pas que des pistes à dévaler et multiplie les activités ludiques, loufoques ou à sensation. Petit tour de ce qu’il faut à tout prix tester.

Airboard

Vous manquez d’équilibre pour skier, alors le airboard est fait pour vous. Ce bodydoard des neiges, très intuitif, permet de dévaler les pistes, tête la première. C’est au village de Plagne-Montalbert, spécialisé dans les nouvelles glisses, que l’ESF encadre cette activité qui se déroule uniquement après la fermeture des pistes. Un moniteur vous accompagne tout au long de la descente. Il assure la sécurité, anticipe le danger, mais l’engin est assez facile à manier. Rapidement, on apprend à freiner en cas d’urgence puis tout devient assez fluide. Sensations et courbatures du haut du corps garanties ! A tester également dans ce village : le snake glisse (luge collective), le yoner, le skibob (vélo des neiges), le snow scoot…

La Plagne - Airboard

Piste de luge

Finies les descentes en luge sur un petit bout de piste, la Plagne offre une véritable place à cette discipline. Tout commence au pied d’un télésiège pour vivre l’aventure du Colorado Park, à Plagne-Centre. On s’équipe d’un casque avant de prendre place dans le télésiège. Un luge en main, on peut attaquer la descente. Pour négocier les virages de cette piste spécialement aménagée, tout est dans le jeu entre le frein gauche et le frein droit. Pendant les premières minutes, on a plutôt tendance à chuter mais rapidement on maîtrise et on prend un peu plus de vitesse. Des virages relevés et même des tunnels pour finir la descente. Le record est à 4 minutes pour 1500 mètres, ce qui implique de poser le cerveau et de ne surtout par freiner. Pour les autres, on peut profiter d’un bon quart d’heure de descente puis remonter pour prendre un peu de vitesse une fois l’engin maîtrisé… Une belle idée pour finir une journée de ski. La station vient également d’ouvrir une nouvelle piste deux fois plus longue, L’Arpette, située à Bellecôte.

La Plagne

Bobsleigh

Balance man… Cadence man… Trace la glace, c’est le bob man ! Ambiance Rasta rocket sur l’unique piste de bob sleigh en France. Construite à l’occasion des JO d’Albertville en 1992, l’infrastructure est l’une des sept pistes au monde à proposer des descentes au grand public. En arrivant, l’environnement est très pro. L’équipe nous fournit un casque et nous fait patienter quelques minutes. On jette un coup d’oeil un peu inquiet pour voir comment cet engin va nous traiter. « Bob n°6 », entend-on dans les haut-parleurs.

C’est notre tour. Quatre personnes prennent place dans le bob raft, une invention de La Plagne autoguidée et auto freinée. Le départ est donné. Une petite poussée et c’est parti pour un voyage d’1 min 30 à 80 km/h. Les murs de glace défilent pendant une vingtaine de virages, le bob glisse sur la tranche, les mains se crispent sur les poignées, le tout alors qu’une caméra nous filme pour le souvenir. Une minute 30 qui décoiffe mais reste accessible à tous ! Pour les plus téméraires, la speed luge, luge monoplace où le passager est semi couché sur le dos au ras du sol, atteint les 90 km/h. Le Bob racing, lui, monte à 120 km/h. Trois touristes s’installent derrière un pilote professionnel pour une descente d’une minute.

Tarifs : bob raft : 41 euros (à partir d’1m30) ; speed luge : 107 euros (dès 16 ans) ; bob racing : 115 euros (à partir de 18 ans).

La Plagne - Bobsleigh

Dîner et dormir dans un igloo

Manger et dormir à plus de 2100 mètres d’altitude. La société Blacksheep propose de vivre cette expérience à proximité de Plagne soleil, au Dou-du-Praz. La soirée débute par une balade d’une quinzaine de minutes sous les étoiles. Isolé, le village igloo n’est accessible qu’à pied. Une fois là-haut, on découvre un endroit magique. Plusieurs dômes de glace entourent un grand feu et quelques tabourets en bois. Notre hôte nous offre un vin chaud que l’on savoure à l’extérieur en tenue de ski. Rapidement, les langues se délient et on fait connaissance avec nos voisins d’une nuit. Quelques verres plus tard, on pénètre dans l’igloo restaurant, un lieu cosy et étrangement… chaleureux. Bar et sculptures de glace, grandes tables, peaux de bêtes…

L’ambiance est parfaite pour déguster la fondue et découvrir comment se construisent les igloos. Après un copieux repas, les questions fusent pour savoir comment va se dérouler la nuit avec quelques appréhensions. Certains dormiront en amoureux, d’autres en version dortoir. Sous l’igloo la température est de 0° et on s’installe sur des matelas déposés sur la glace. Les duvets spécifiques permettent de passer un bonne nuit, le bout du nez un peu froid. Le lendemain, réveil à 7 heures… Mais le petit-dej avalé face au Mont Blanc ensoleillé méritait bien cette nuit un peu fraîche.

Formule dîner ou dîner et nuit.

La Plagne - Dormir dans un igloo

Grimper sur la glace

Dans un écrin sauvage, s’élève la tour de glace de Champagny-en-Vanoise de mi-décembre à mi-mars. Cette structure de 22 mètres de haut accueille des compétitions internationales mais permet aussi de faire des initiations accompagné de guides de Haute montagne. Baudriers, chaussures à crampons et piolets en main, les novices grimpent assez aisément. L’exercice est agréable mais assez physique. Planter son piolet dans la glace demande de forcer un peu mais cette fois encore l’effort est récompensé par le panorama et la sensation de s’élever.

La Plagne - Grimper sur de la glace

Les bonnes adresses :
– Dégustez une délicieuse tartiflette et découvrez comment fabriquer une tome à l’ancienne au Forperet, une ancienne bergerie sur la piste du Genti au village de Montalbert.
– Hôtel 4 étoiles Le Cocoon à Plagne 1800.

Crédits photos : Philippe Royer, Elina Sirparanta, Sophie Albanesi

Un commentaire

  1. Ping :Samoëns : dans les Alpes, avec ou sans les skis - Caraporters

Laisser un commentaire