On the Irish road : Galway et la région du Burren (3/4)

Galway

Sixième jour de notre voyage en République d’Irlande. Retour vers Galway. Nous prenons enfin le temps de découvrir la ville. Les rues grouillent de monde. Certains s’attardent devant les innombrables boutiques de souvenirs et en ressortent avec de petits écrins contenant le Ring of Claddagh, une bague ornée d’un cœur qu’entourent deux mains et une couronne. Autrefois, ce bijou précieux, transmis de génération en génération, indiquait si la jeune fille était célibataire ou non, en fonction de la façon dont il était porté. Aujourd’hui, on trouve des anneaux à la qualité variable selon le prix et l’origine.

D’autres apprécient les spectacles de rue : musique, acrobatie, mimes, théâtre … Tous les 50 mètres, une nouvelle représentation est donnée.

Galway, une ville touristique

Trouver un endroit où dormir s’avère plus compliqué que nos précédentes étapes. Après 3 auberges de jeunesse complètes, nous trouvons enfin 4 lits libres au Kinlay House Hostel, à quelques pas du Kennedy Park, un rectangle de pelouse de la taille d’un terrain de foot où des étudiants viennent se reposer en cette fin d’après-midi. Une fois installés, nous faisons le tour de la ville à pied.

GalwayGalway compte, en plus de son petit port de plaisance, un port industriel. C’est d’abord là-bas que nous arrivons après avoir longé la route emprunté quelques heures auparavant par la navette de Clifden. Après les “new docks”, nous rejoignons le petit port. Maisons de toutes les couleurs et petits voiliers plantent le décor. En s’enfonçant encore un peu plus, on peut s’apercevoir que la ville est traversée par la River Corrib, qu’il est possible de traverser grâce aux quelques ponts, dont le O’Brien bridge, un pont sur lequel est adossé un ancien moulin. Le Bridge Mills, bien que rénové et divisé en de petites boutiques, a gardé sa façade d’antan. En centre-ville, les petites rues aux maisons colorées restent agréables, mais le nombre de personnes y circulant empêchent parfois d’apprécier certains trésors de la ville.

A l’angle de Shop street (l’une des rues les plus commerçantes), la Lynch’s Castle ne peut cependant pas nous échapper. Cette bâtisse imposante détonne avec ses pierres gris foncé, au milieu des boutiques colorées. Si on observe de plus près, gargouilles et blasons décorent la façade. Ce bâtiment aurait été un hôtel au XVIe siècle. Il est aujourd’hui occupé par la banque AIB.

Sur William Street, une sympathique statue de deux hommes discutant est érigée. Elle représente les deux écrivains Wilde : l’Irlandais Oscar Wilde et l’Estonien Eduard Wilde. Cette représentation n’est en fait que fictive. Les deux écrivains, n’ayant que 11 ans de différence, ne se sont pourtant jamais rencontrés. Cette sculpture est un cadeau fait par l’Estonie à l’Irlande en 1999. L’œuvre originale se trouve dans la ville estonienne de Tartu.

Dans le Burren

Visite du Burren et excursion aux falaises de Moher

La visite citadine s’achève et nous décidons de nous coucher tôt pour pouvoir apprécier au mieux l’excursion aux “Cliffs of moher” du lendemain. A 9h30, nous rejoignons la gare routière. Pour prendre l’une des nombreuses navettes proposées pour faire le tour de la côte. Le chauffeur John, un vieil homme plein d’entrain, nous conduit à Kinvarra. Un village où l’on peut admire le Dinguaire Castle, un petit château médiéval au bord de l’eau. Bien que cette navette touristique ait un coût avantageux, elle ne nous permet pas d’apprécier vraiment les lieux. 10 minutes plus tard, il faut déjà repartir pour s’arrêter un kilomètre plus loin, dans le centre de Kinvarra. Une dizaine de maisons (toujours colorées), un salon de thé, une barque et deux bateaux font de Kinvarra le village irlandais typique. Le bus repart.

Falaises de Moher

D’étape en étape, nous pouvons voir le Poulnabrone Dolmen (un dolmen érigé à la période néolithique), représentation parfaite du Burren, cette région pierreuse et désertique où nous nous trouvons actuellement.

Le car traverse villages et collines. Nous arrivons quelques temps après le déjeuner, aux falaises de Moher (Cliffs of Moher).

Le site pullule de cars touristiques comme le nôtre. Et cela se comprend : l’endroit est magnifique !

Après une petite ascension (boueuse), nous pouvons observer pendant quelques instants la mer se jeter contre ces immenses falaises vertes. Le temps dégagé nous permet de voir toute la côte.

Malgré le monde que le site accueille, l’endroit reste propre. Seul petit hic, des panneaux (certes, nécessaires) pour empêcher une éventuelle chute viennent tacher le lieu. Une autre pancarte, délimitant un petit bandeau d’herbe, provoque l’hilarité chez beaucoup de visiteurs : “propriété privée”.

Kinvarra

John nous aura laissés plus d’une heure le long des falaises. Le bus  repart cette fois vers le château de Doolin (une petite tour surplombant la mer). John s’arrête encore quelques fois pour nous laisser le temps d’apprécier une dernière fois la baie de Galway.

Retrouvez la première étape de notre voyage en Irlande, à la découverte de Dublin, avant une deuxième étape dans les lacs du Connemara

Photos : Auréline Robert et Benjamin Mauvoisin

Louise Sebillet

Originaire de Bretagne, étudiante en deuxième année à l'EPJ de Tours née le 02/02/1992.

Laisser un commentaire