Istanbul, la ville aux mille mosquées (1/2)

Mosquée de Soliman le Magnifique, Istanbul

A peine sortie de l’aéroport, l’oeil averti (ou pas) remarque tout de suite les minarets qui se décrochent du paysage d’Istanbul : un, deux, quatre ou six par mosquée. Les minarets turcs se distinguent par leur forme très élancée. Les touristes « de base » que nous sommes commencent par tenter de compter les mosquées. Rapidement, tout le monde perd patience. Elles sont partout, parfaitement intégrées dans cette ville et pourtant si remarquables. Chacune d’entre elles rappelle la cohabitation permanente entre Islam et laïcité dans cette ville de 13 millions d’habitants.

Souvent monumentales, elles peuvent de prime abord paraître rébarbatives et difficiles à différencier. Pourtant, chacune a son identité.

Les mosquées d’Istanbul, tout un symbole

Les « 1000 » mosquées d’Istanbul créent une ambiance particulière. Cinq fois par jour, elles sont le point de départ de l’appel à la prière qui résonne dans toute la ville. Impossible de le rater, où que vous soyez. Même si aux alentours de 5 heures du matin, on s’en passerait, surtout si votre chambre d’hôtel n’est pas équipée de double vitrage.

C’est en fait le muezzin qui est chargé dans chaque mosquée de lancer cet appel. A l’origine, il gravissait un escalier en colimaçon pour atteindre le haut d’un des minarets. Aujourd’hui, des haut-parleurs se chargent d’assurer la diffusion.

Si l’appel rythme la vie stambouliote, les mosquées constituent de véritables repères géographiques. Pour retrouver votre hôtel, pensez à préciser vers quelle mosquée il se situe plutôt que d’indiquer un nom de rue. Cela vous évitera des tours de taxi et des conversations pas toujours simples à tenir avec le chauffeur. Un autre conseil dans cette immense ville, évitez de vous repérez à un minaret. Au milieu des ruelles vallonnées, en suivant des yeux un minaret, le risque est de se perdre plus d’une fois et d’atteindre votre but bien plus tard.

La mosquée bleue

La mosquée de Sultanahemet est plus connue sous le nom de mosquée bleue. Ce sont en fait les touristes qui la surnomment ainsi à cause de la couleur de ses 21000 carreaux de faïence. D’autres mosquées sont pourtant bien plus « bleues » dans la ville. Située en plein coeur du vieil Istanbul, elle fait face à Sainte-Sophie. Sa construction qui n’a duré que 6 ans s’est achevée an 1616. Elle est célèbre pour ses 6 minarets. Le sultan qui la fit construire tenait absolument à ce chiffre et offrit un septième minaret à la mosquée de La Mecque pour qu’elle garde sa suprématie.

La Mosquée neuve

Toute proche du pont de Galata qui permet de traverser la Corne d’Or, cette mosquée construite entre 1597 et 1660 vaut le détour par son élégance et son emplacement. Ici, pas de verdure ou de parc reposant, elle jaillit au milieu des taxis et du bruit des passants.

La mosquée de Soliman le Magnifique

La plus grande mosquée de la ville a été construite en 7 ans, entre 1550 et 1557. Tout y est impressionnant : la salle de prière, la hauteur de la coupole et l’incroyable lumière.

Crédit photo : Sophie Albanesi et Albane Pommereau

Retrouvez prochainement une présentation de quatre autres mosquées également incontournables à Istanbul

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

    ville avec le plus de mosquee au monde

Sophie Albanesi

Journaliste en PQR née le 23/02/1987. Attend de mettre son premier pied en Amérique latine, mais espère bien ne pas attendre trop longtemps

2 commentaires

  1. Ping :Istanbul, la ville aux milles mosquées (2/2) | Caraporters

  2. Ping :Turquie : Istanbul touristique : entre romance, folklore et Histoire

Laisser un commentaire