Istanbul, la ville aux mille mosquées (2/2)

Saint-Sauveur-in-Chora, Istanbul

Plusieurs mosquées sont incontournables à Istanbul et il n’y a aucun souci pour les visiter. Les seules conditions sont de se mettre pieds nus et d’avoir une tenue correcte. Les femmes doivent avoir les jambes et les cheveux couverts. Dans les plus touristiques, des sacs plastiques pour transporter les chaussures et des voiles sont prêtés à l’entrée. L’accueil est toujours bon. Vous ne pourrez parfois pas prendre de photo et elles peuvent être réservées à la prière pendant une heure.

Dans le fourmillement permanent d’Istanbul, beaucoup de mosquées offrent un cadre particulièrement paisible. Havres de paix, elles sont souvent au coeur de parcs verdoyants. Une fontaine est toujours visible à l’extérieur pour les ablutions qui permettent la purification rituelle.

A l’intérieur, on découvre des espaces immenses, plutôt vides. Le sol est couvert de tapis et la lumière omniprésente. Les femmes musulmanes ont un espace réservé derrière un paravent. Les touristes, eux, peuvent déambuler mais il y a toujours une barrière pour isoler l’espace de prière.

Après vous avoir fait découvrir trois mosquées incontournables d’Istanbul, voici quatre autres monuments… à ne pas manquer non plus !

La mosquée de Sokollu Mehmet Pasa

Elle est connue pour ses faïences d’Iznik, une ville d’Anatolie, anciennement Nicée.

La petite Sophie

A quelques centaines de mètres de sa grande soeur, la Petite Sophie est également une ancienne église byzantine. L’ancien cloître est parfait pour faire une pause.

Enfin, deux anciennes églises sont aujourd’hui des musées à voir impérativement.

Sainte-Sophie

Monumentale, Sainte-Sophie épate d’abord par le temps record de sa construction : 5 ans, 10 mois et 10 jours. Des chiffres qui donnent le vertige autant que les 32 mètres de diamètre de sa coupole qui culmine à 56 mètres. Les architectes qui l’ont inaugurée en 547 avaient fait venir des matériaux d’Egypte ou encore de Delphes…

Rien n’était trop beau pour cette basilique qui n’était dédiée à aucun saint. Il faut d’ailleurs être vigilant car beaucoup de guides racontent des légendes autour de son nom. C’est en mai 1453 qu’elle fut transformée en mosquée lors de la prise de Constantinople.

Aujourd’hui, l’entrée du musée est de 25 TL, soit un peu moins de 10 euros. En entrant, le visiteur voit immédiatement deux immenses médaillons en peau de chameau à la gloire d’Allah et du Sultan qui entourent une mosaïque représentant le Christ.

Pour la petite histoire, on peut remarquer un cercle de croix gravées dans le sol. Elles indiquent l’emplacement de la coupole qui s’est effondrée à plusieurs reprises. Alors à vous de bien vous placer.

Saint-Sauveur-in-Chora

Un autre superbe musée est celui de l’église Saint-Sauveur-in-Chora qui a également été transformée en mosquée. Plutôt excentrée, on ne peut que vous conseillez de vous y rendre en taxi, voire en bus mais cela peut vite devenir un périple sans parler turc.

Construite en haut d’une colline, elle est remarquable pour les nombreuses mosaïques qui ornent les différentes pièces. Elles sont d’ailleurs considérées comme les plus belles du monde byzantin. L’audio-guide qui est proposé apporte des informations intéressantes. L’entrée est de 15 TL (près de 6 euros).

Crédit photo : Sophie Albanesi et Albane Pommereau

Sophie Albanesi

Journaliste en PQR née le 23/02/1987. Attend de mettre son premier pied en Amérique latine, mais espère bien ne pas attendre trop longtemps

Laisser un commentaire