La croisière s’amuse… ou pas (6/6) – Gênes

Piazza de Ferrari

Alors oui, cette ville italienne n’est pas aussi prestigieuse que Rome, pas aussi romantique que Venise et pas aussi sublime que Florence. Quand on parle de Gênes, on lui associe, bien souvent, des adjectifs négatifs. Et pourtant, celle qui autrefois était surnommée La Superbe, mais aussi l’Orgueilleuse, a un passé prestigieux.

Aujourd’hui, encore, la richesse de cette ancienne République se ressent et s’entrevoit lorsque l’on daigne entrer dans le centre historique de Gênes. En une journée, on a largement le temps de découvrir la vieille ville, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, avec, notamment ses ruelles médiévales, son côté Renaissance et ses palais.

Un patrimoine architectural exceptionnel

Pas question pour cette escale de se stresser. C’est parti pour une balade tranquille pour découvrir quels sont les trésors que peuvent bien renfermer cette ville. Pas besoin d’emprunter les transports en commun (sauf si on est fainéant ou extrêmement épuisé par les autres escales), le port étant très proche du centre : en une dizaine de minutes, on est dans le cœur de la ville.

Après avoir longé une partie du port, rien de tel que d’emprunter les petites ruelles typiques où la lumière du jour peine à entrer. Jusque là, rien de très original. Le linge pend aux fenêtres (c’est bien une spécialité italienne), de nombreuses échoppes sont installées où on trouve de tout, de la plaque de cuisson à la nourriture. Mais on a pas forcément envie d’acheter quoi que ce soit dans ces « boui boui » de fortune !

Après avoir traversé le Gênes populaire, place au Gênes historique. On ne peut pas se tromper. De grands panneaux annoncent qu’on rentre dans un secteur sauvegardé, avec un classement au patrimoine mondial de l’Unesco. Et c’est vrai que c’est beau, propre et esthétique. On déambule, sans retenue, dans les ruelles pavées qui évoquent la richesse de la ville, il y a plusieurs siècles.

A ne pas rater, les nombreux palais qui s’affichent avec grâce. Trois d’entre eux sont situés dans l’une des plus belles (peut-être même la plus belle) : le palazzo Bianco, le palazzo Rosso et le palazzo Doria-Tursi. Ils forment le pôle muséal de la Strada Nuova. Le palazzo Reale et le palazzo Ducale sont, eux aussi, incontournables. Comme on est en Italie, un petit détour par les églises et les basiliques peut être envisageable.

Et si on prenait le temps de faire les boutiques ?

PalaisUne fois que l’on atteint la piazza de Ferrari, qui offre un bel ensemble avec le palazzo Ducale, la Bourse, le théâtre Carlo felice et la statue équestre de Giuseppe Garibaldi, le palais de Raffaele Ferrari, rien de tel que de suivre la via XX Settembre.

C’est l’une des artères principales de la ville et certainement la plus commerciale. Elle est également très agréable avec ses arcades, qui confèrent un peu plus de charme à cette avenue. Boutiques de luxe ou grandes chaînes de magasins, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Les addicts de la mode seront comblés (surtout si on tombe sur une période de soldes… ce qui est le cas juste après Noël).

Une halte près du port

Il ne faudrait pas oublier que Gênes possède le plus grand port d’Italie et un des plus grands d’Europe. La ville a toujours eu un rapport particulier avec la mer. Christophe Colomb n’est-il pas natif de cette ville (il reste encore des vestiges de sa maison natale) ?

Le long du front du port, à ne pas rater, la Sottorita (XIIe) est une galerie d’arcades, d’environ kilomètres. Sous ces arcades, on retrouve de petits magasins où on vend autant de la nourriture, que des épices, mais aussi des vêtements à bas prix. En face des magasins, les marchands ambulants ont installé leurs étals où le maillot de foot de la Squadra azzura est en bonne place, au côté du I love Italia (ou Genova, si on préfère). Il n’empêche que ce lieu témoigne de l’importance de Gênes quelques siècles en arrière.

Mais il existe un autre incontournable dans ce port : l’aquarium. C’est le deuxième plus grand d’Europe. Amateurs de poissons, ruez-vous à l’intérieur : 800 espèces sont réparties dans quelque 70 bassins. On peut même passer la journée avec le monde marin, si on opte pour « l’Acquario village ». Avec un billet, on accède à l’aquarium, la cité des enfants, le musée de la mer, la visite du sous-marin S518 Nazario Sauro, l’ascenseur panoramique…

Et avant de repartir, n’oubliez pas une photo du « Neptune ». C’est le galion, construit dans les années 80, pour les besoins du film de Roman Polanski, « Pirates ».

> Note

Excursions au départ du bateau : visite de l’aquarium (36 euros/adulte, 25 euros/enfants), visite du centre historique (37 euros/adulte, 26 euros/enfant).

Si vous passez à Gênes avant le 7 avril 2013, pensez à visiter l’expo au palazzo Ducale, dédiée à Miro (13 euros par adulte, 10 euros enfants et tarifs réduits).

L’entrée à l’aquarium de Gênes est de 19 euros par adulte, 13 euros pour les 4-12 ans et gratuit pour les moins de 3 ans. Un ticket famille est disponible : 64 euros (2 adultes et 3 enfants).

Les tarifs pour le billet à l’Acquario village sont de 30 euros pour les adultes, 27 euros pour les 4-12 ans et gratuit pour les moins de 3 ans.

Date du reportage : décembre 2012

Karine Wierzba

Journaliste au Progrès née le 16/11/1977. A une phobie de l'avion... mais se soigne !

Un commentaire

  1. Ping :Rendez-vous manqué à Gênes - Caraporters

Laisser un commentaire