Road trip sur la Route 66 (1/5) : de Chicago à Saint-Louis

Cloud Gate et skyline

Cloud Gate et skyline

2 280 miles soit environ 3 940 kilomètres. Une existence officielle de 1926 à 1985. Une légende. Un mythe. Tous les poncifs ont déjà été utilisés pour évoquer la fameuse Mother Road.

Si aujourd’hui nous avons décidé de partir à l’aventure de Madame 66, c’est bien pour découvrir les Etats-Unis de la façon la plus authentique qui soit. Pendant près de 3 semaines, nous allons donc suivre au plus près le tracé originel de l’Historic Route 66… tout en nous autorisant quelques écarts.

Mais au fait, c’est quoi la Route 66 ?

La Route 66 est souvent associée à la conquête de l’Ouest aux USA. Ce qui n’est pas forcément juste. Construite en 1926, la route n’est donc pas liée à la première ruée vers l’or mais bien plus au développement de l’industrie automobile.

Au fil du temps et des événements – crise de 1929, Seconde Guerre mondiale… –, celle que l’on surnomme Main Street of America est parcourue par des milliers d’Américains en quête d’un avenir meilleur.
La période de l’Après-Guerre marque d’ailleurs l’âge d’or de la 66. Les motels, drive-in et autre trading posts pullulent. Les touristes affluent. Mais très vite, cet itinéraire montre ses limites et le gouvernement d’Eisenhower réfléchit à la modernisation du tracé. Les premières autoroutes ou interstates voient le jour dans la deuxième partie des années 1950 : leur développement se fera au détriment de la Route 66, qui disparaîtra purement et simplement en 1985, en étant déclassée. Mais comme les légendes ne meurent jamais, la Route 66 a trouvé un nouveau souffle grâce à certains passionnés comme Angel Delgadillo.

Premiers tours de roues à Chicago

Route 66 à Chicago

Route 66 à Chicago

Aujourd’hui, c’est donc à Chicago que se trouve le premier panneau de signalisation mentionnant la Route 66. Le point de départ de la route mère se trouve au croisement de Michigan Avenue et Adams Avenue. Pour toute personne débutant son road trip sur la sixty-six, un déjeuner ou un café au Lou Mitchell’s (565 West Jackson Boulevard) est incontournable. Encore faut-il être sur place quand les propriétaires ne sont pas en vacances, si l’on ne veut pas trouver porte close…

Alors, avant de dévorer les kilomètres de bitume qui nous séparent de Santa Monica, terminus officiel de la route, on en profite pour découvrir Chicago. La troisième plus grande ville des USA a vraiment beaucoup à offrir, notamment d’un point de vue architectural, et n’a pas à rougir face à New York. De Chicago, on retiendra essentiellement la Willis Tower – ses 108 étages, 442 mètres et ses balcons en verre, le Skydeck –, le métro aérien du Loop, la Michigan River ou encore la Cloud Gate – une sculpture en forme de haricot – du Millenium Park.

L’Illinois, entre passé et… passé

Il est donc maintenant temps de quitter Chicago pour gagner le Sud. Le brouillard et la pluie nous accompagnent, ainsi que le vent. En même temps, Chicago n’est pas surnommée Windy City – la cité venteuse – pour rien…

Une cinquantaine de kilomètres plus loin, nous voici arrivés à Joliet. On y trouve le premier musée dédié à la Route 66 – si vous pouvez y croiser Joe, n’hésitez pas : c’est une encyclopédie vivante et il a tout un tas d’anecdotes à partager – ainsi que le pénitentier qui a servi de lieu de tournage à la série Prison Break.

Polk a Dot Drive In

Polk a Dot Drive In

L’heure du déjeuner approche. Nous décidons donc de quitter Joliet en direction de Wilmington et de son Gemini Giant, puis du Polk-a-Dot Drive In de Braidwood. Ici, tout nous renvoie dans les années 1950-60. Marilyn Monroe et Elvis Presley sont partout, jusque dans les toilettes !

Chaque table est équipée de son propre juke-box, où vous pouvez redécouvrir les standards de la musique américaine.

Enfin, pour ne rien gâcher, la nourriture y est bonne, copieuse et bon marché – à l’américaine, en quelque sorte !

Nous reprenons ensuite le volant pour traverser des villages comme Gardner et sa prison à deux cellules, ou encore Dwight, « une petite ville avec un grand coeur où tout le monde est quelqu’un ». Tout un programme…
Dans l’Illinois, la Route 66 traverse de nombreuses petites bourgades aussi sympathiques que peu animées. Les vieilles stations service y sont légion, notamment à Odell avec une belle survivante de 1932.

Bientôt le Missouri

La suite du tracé de la Route 66 se confond avec celui de l’Interstate. On gagne donc rapidement Bloomington, Springfield, une ville qui devrait combler les amateurs d’Histoire en général et d’Abraham Lincoln en particulier – pour les autres, en revanche… Juste avant de passer de l’Illinois au Missouri, nous faisons un rapide détour au nord-est d’Auburn, dans un coin totalement perdu, pour jouer à Clint Eastwood et Meryl Streep sur le pont couvert de Sugar Creek, l’un des rares exemplaires du genre encore debout, construit en 1880. Voilà qui nous permet d’achever cette première étape de façon bucolique et romantique avant une halte programmée à Saint-Louis.

Rendez-vous demain pour la suite du périple sur la Route 66, de Saint-Louis à Tulsa.

Vous prévoyez un road-trip sur la Route 66 ou ailleurs ? Assurez-vous ici de bien préparer votre voiture avant le départ ! Vous pourrez par exemple trouver un grand choix de pièces détachées pour voiture Citroen sur piecesdiscount24.fr/citroen-pieces par exemple.

Ludovic Bonnet

Journaliste indépendant et rédacteur web (né le 25/03/1984), après avoir découvert le métier au Dauphiné Libéré puis au Progrès. Voyageur débutant qui ne demande qu'à apprendre !

6 commentaires

  1. Ping :Route 66 : voyage dans le temps aux USA (2/5) | Caraporters

  2. Ping :Route 66 : voyage dans le temps aux USA (4/5) | Caraporters

  3. Ping :Route 66 : voyage dans le temps aux USA (5/5) | Caraporters

  4. Ping :Route 66 : voyage dans le temps aux USA (3/5) | Caraporters

  5. Ping :Rencontre avec Delphine et Jean-Philippe de Lost in The USA

  6. Ping :Lost In The USA : planifier un road trip aux Etats-Unis - OK Voyage

Laisser un commentaire