Road trip sur la Route 66 (4/5 ) : de Santa Fe au Grand Canyon

Cathédrale de Santa Fe

Cathédrale de Santa Fe

Santa Fe, ses Indiens et ses… Auvergnats

Après une nuit dans la « bucolique » ville de Tucumcari, nous repartons le lendemain matin pour gagner les hauts plateaux du Nouveau Mexique. Prochaine étape : Santa Fe. Mais avant d’y parvenir, petit détour par Las Vegas. Non, non, nous n’avons pas (encore) fait le détour par le Nevada. Il s’agit simplement d’une petite ville du même nom – soit « les plaines fertiles » en français dans le texte –, où la présence des Indiens commencent déjà à se faire sentir.

Cette impression se renforce ensuite à Santa Fe. Il s’agit sans aucun doute de l’une des villes les plus typiques du parcours. Les bâtiments en adobe encadrent la place centrale, dans une ambiance bien particulière. Sous des arcades, des Amérindiens pueblos viennent vendre leur artisanat local – cher, très cher, trop cher…

Non loin de là, la petite cathédrale Saint François d’Assise accueille les visiteurs. Et là, cocorico ! Celle-ci a été construite par des Auvergnats sur le modèle de l’église de Volvic, à l’initiative de Jean-Baptiste Lamy, premier archevêque de Santa Fe !

Après ce moment culturel, difficile de ne pas céder à la tentation d’un repas latino, avec margarita, tacos et burritos. Pas ce qu’il y a de plus léger, certes, mais c’est tellement bon… et épicé !

Sous le signe de la pierre

Située à 2 134 mètres d’altitude, Santa Fe est la capitale d’État la plus haute des États-Unis. Un peu plus loin, Albuquerque culmine encore à 1 500 mètres. Et même près de 2 000 mètres à certains endroits. Pourtant, la chaleur se fait clairement sentir.

A Albuquerque, vous pouvez emprunter le plus long téléphérique du monde (4,3 kilomètres), qui vous emmènera au sommet des Sandia Mountains, à plus de 3 000 mètres d’altitude. Cela vaut surement le coup, mais nous nous sommes cassés les dents à l’entrée, puisque nous nous sommes présentés LE jour de l’entretien annuel. Ballot…

Rinconada Canyon Trail

Rinconada Canyon Trail

Qu’à cela ne tienne ! La région a d’autres ressources : nous choisissons de nous attaquer au Rinconada Canyon Trail, une randonnée de 3,5 kilomètres au milieu de roches volcaniques, où l’on peut apercevoir de nombreux pétroglyphes plus ou moins anciens. Préparez les crèmes solaires, chapeaux et autres accessoires car le lieu est propice aux coups de soleil.

En tout cas, cette journée sera marquée par la géologie. Comme la rando, ça creuse, nous nous arrêtons pour déjeuner dans un établissement typique de la Route 66 – oui, encore un ! – dont le nom ne laisse pas de place au doute : Route 66 Diner (1405 Central Avenue Northeast).

On sort d’Albuquerque par l’I-40, qui suit le vieux tracé de Madame 66. On approche d’Acoma, où sont vraisemblablement répertoriées les plus vieilles habitations des Etats-Unis, datant du 11ème siècle. Mais Acoma et ses alentours, c’est aussi et surtout Sky City, un village historique situé tout en haut d’une falaise, présenté comme incontournable, mais où vous devrez payer 20 dollars pour pouvoir y entrer… sans compter 10 dollars pour l’appareil photo.

Incontournable, peut-être, mais nous préférons le contourner. Nous voyageons de l’I-40 aux vieux tronçons de la Route 66 et inversement, jusqu’à arriver à Gallup, « capitale des Indiens d’Amérique ».

Bon, il faut avouer que l’on a déjà vu des capitales plus séduisantes. La façade du El Rancho Hotel a le mérite de planter le décor : Charm of yesterday, convenience of tomorrow. Le charme d’hier, le confort de demain. Pour le confort, on ne se prononce pas, mais pour le charme d’hier, et même d’avant-hier, il y a de quoi dire…

Gallup, New Mexico

Gallup, New Mexico

Gallup se résume grosso modo à une rue principale, l’ancienne Route 66, où foisonnent les trading posts indiens. A l’intérieur, on trouve de l’artisanat local toujours aussi cher… et toujours aussi kitsch.

Toutefois, une halte au Route 66 Railway Cafe (2150 Historic US66) offre une étape agréable… et typique.

De l’autre côté de la rue, c’est la ligne de chemin de fer, où les trains sifflent bien plus que trois fois et sont parfois composés de près de 200 wagons – 4 locomotives tractant 190 wagons selon nos propres calculs.

La halte à Gallup est courte et nous repartons donc au triple galop vers l’Arizona, la zone aride qui porte bien son nom. Après les pétroglyphes d’Albuquerque, nous poursuivons notre « journée géologie » le long de la route panoramique de Painted Desert et Petrified Forest. C’est beau, très beau. Mais aussi calme, envoûtant. Bref, les qualificatifs ne manquent pas.
Le désert peint doit son nom aux différentes couches de couleurs qui apparaissent sur les collines. Merci l’érosion ! La forêt pétrifiée, elle, renferme des milliers de troncs fossilisés, qui remonteraient à près de 200 millions d’années ! Enfouis sous des sédiments riches en silice, les troncs sont réapparus en raison du soulèvement du plateau, du vent et de l’érosion. Merci à elle une nouvelle fois, donc !

Des pétroglyphes et une carcasse automobile ponctuent également ce parcours panoramique. Surprenant, mais cela ajoute à la magie des lieux.

Après en avoir pris plein les yeux, la journée s’achève du côté de Holbrook, ville dortoir de l’Arizona qui n’a pas de mal à concurrencer Tucumcari.

Le Grand Canyon, détour obligatoire

En quittant Holbrook, nous faisons une halte très rapide sur le parking d’un motel – pas celui où nous avons dormi, malheureusement. Le motel en question, c’est le Wigwam, un établissement qui a lui aussi inspiré les studios Pixar pour le film Cars et où les chambres sont aménagées dans de grands tipis – dans Cars, les tipis ont été remplacés par des cônes de signalisation. Devant chaque tipi, on trouve une vieille voiture américaine.

Après Holbrook, le voyage se poursuit au coeur de l’Arizona, l’autoroute ayant une nouvelle fois pris le pas sur la Route 66. Pourtant, il ne faut pas hésiter à sortir régulièrement de l’autoroute, pour voir les vestiges – et parfois même les ruines – d’établissements n’ayant plus le vent en poupe depuis un moment.

C’est tout d’abord Joseph City où trône le Jack Rabbit Trading Post et son lapin géant. Puis, c’est au tour de Meteor City et de sa fresque murale – « la plus longue de la Route 66 » si l’on se fie à ce qu’elle indique –, Two Guns, une ville totalement abandonnée où l’on peut encore parcourir les anciennes cages aux lions du zoo, et enfin Twin Arrows et ses deux grandes flèches plantées dans le sol – oui, ça ne sert à rien…

Si vous décidez de vous écarter un peu de la Route 66 – et que vous n’avez rien contre le fait de payer 15 dollars par personne –, vous pouvez vous diriger vers Meteor Crater, un grand trou résultant de l’impact d’une météorite il y a près de 50 000 ans. Un grand trou que vous avez pu voir dans les films Iron Man 2 et Thor, entre autres.

Pas de détour en ce qui nous concerne, mais un arrêt dans la ville suivante sur le parcours : Flagstaff. La ville est agréable et se présente surtout comme la dernière halte possible avant le Grand Canyon. Alors, oui, les puristes diront que le canyon n’est pas précisément sur la 66. Mais comment ne pas faire les 130 kilomètres qui nous séparent de l’une des nouvelles merveilles du monde ?

Tout a déjà été dit au sujet du Grand Canyon, alors que dire de plus ? La première image que l’on a des lieux est tout bonnement à couper le souffle. A quelques encablures d’une forêt venteuse, et derrière un parking bondé, la rive sud du Grand Canyon offre un spectacle qu’aucun mot ni aucune photo ne peut retranscrire. On vous laissera donc faire travailler votre imagination, non sans évoquer les 11 kilomètres de randonnée effectués sur les hauteurs du South Rim. Les plus aventureux pourront aussi s’aventurer au fond du canyon, à proximité de la Colorado River… à condition d’avoir quelques heures devant eux et un équipement à la hauteur.

La tombée du jour et le soleil couchant offrent une palette de couleurs toujours plus stupéfiantes sur le Grand Canyon, juste avant de regagner l’un des nombreux hôtels présents à l’entrée du parc.

Demain, dernière étape sur la Route 66. Après le Grand Canyon, place à Las Vegas et enfin Los Angeles !
Retrouvez les trois premières étapes de notre voyage sur la Route 66 :
– entre Chicago et Saint-Louis ;
– entre Saint-Louis et Tulsa ;
entre Tulsa et Tucumcari
 

Ludovic Bonnet

Journaliste indépendant et rédacteur web (né le 25/03/1984), après avoir découvert le métier au Dauphiné Libéré puis au Progrès. Voyageur débutant qui ne demande qu'à apprendre !

Un commentaire

  1. Ping :Route 66 (5/5) : du Grand Canyon à Santa Monica - Caraporters

Laisser un commentaire