Samoëns : dans les Alpes, avec ou sans les skis

Ski à Samoens

© Tristan Shu

 

Au cœur de la Haute-Savoie, la station de Samoëns accueille chaque année de nombreux touristes. Avec une capacité de 20 000 lits, ce village de 2400 habitants possède des atouts pour des vacances de neige réussies, sans forcément chausser les skis.

Au pied de sept alpages hauts-savoyards, Samoëns se dévoile au creux du Domaine du Grand Massif, face au Mont-Blanc. Dernier village de la vallée, il s’est fait connaître pour ses orfèvres capables de tailler les pierres sédimentaires, typiques du coin. Ce domaine alpin est aussi réputé pour La Jaÿsina, un jardin botanique offert par une native du village, Marie-Louise Cognacq Jaÿ, où sont préservées des plantes de montagne.

Prendre de l’altitude grâce au GEM

Pour atteindre les pistes, il faut se caler dans la télécabine du Grand Massif Express, le GEM, et admirer le paysage et le Giffre, un des affluents de l’Avre qui coule pendant les huit minutes de trajet. Et si par bonheur vous y rencontrez Pierre Bianco, un des deux seuls tailleurs de pierre du village, laissez-vous conter Samoëns et ses sept monts qui entourent la station. Surtout, si vous ne savez plus comment ils se nomment, il vous donnera un moyen mnémotechnique empreint de poésie… Et il se pourrait même, qu’arrivé à 1600 mètres, au lieu d’aller dévaler une de ses pentes qu’il connaît sur le bout de ses skis, le Septimontais s’assoit avec vous au Lou Caboens, une des brasseries du plateau des Saix, pendant que vous dégustez un gratiné à la tomme, une interprétation locale de la soupe à l’oignon.

250 kilomètres de pistes

Si le soleil vous fait le plaisir de vous inonder de chaleur, profitez-en pour admirer le paysage, les montagnes comme la Bourgeoise ou le col du Bostan. Pour les amateurs des pistes, n’hésitez pas à chausser les planches et profitez des des 250 km de pistes du Grand Massif, le quatrième plus grand domaine skiable des Alpes françaises. Il est possible de dévaler les pentes de Flaine, Les Carroz, Morillon et Sixt depuis la seule station septimontaine.
Ceux qui préfèrent glisser à plat se laisseront certainement tente par le ski-joëring, tiré par un magnifique cheval sur une piste adaptée pour des balades auxquelles les enfants dès 8 ans pourront participer.

Ski à Samoens

Marche afghane et spa pour se détendre

Mais pour ceux qui ne sont ni skieurs, ni snowboarders, Samoëns offre également une multitude d’activités. Les amateurs d’altitude pourront se délecter de la vue offerte en haut du col de Joux-Plane, après avoir grimpé une partie du massif du Haut-Giffre en raquettes. Seul mot d’ordre, humer l’air pur de la montagne et ouvrir l’œil pour apercevoir bouquetins, chamois et autre aigles royaux.
Ceux qui préfèrent la détente se retrouveront dans le nouveau spa O des Cimes, dans Les Chalets de Laÿssia. La marche afghane est aussi une option bénéfique pour réapprendre à coordonner ses pas et son souffle en fonction de la difficulté du terrain. Une bonne alternative à la méditation statique.

Soirée sous les étoiles à La Luge à Téran

Enfin, les bonnes tables de Samoëns, dignes représentantes de la gastronomie haut-savoyardes, sauront satisfaire les appétits les plus divers. Tous les jeudis soirs pendant la saison d’hiver, La Luge à Téran, un chalet, accueille (sur réservation) les gourmands au cœur de la montagne, après une montée de 30 minutes en raquettes. Au programme : apéritif en extérieur à la lumière du feu et des étoiles, planches savoyardes avec pommes de terres en barbot, charcuterie et fromage coulant.

Autre ambiance chez Michel et Blandine Dunoyer, dans leur établissement empreint d’authenticité, qui sent bon les pâturages. Les clients sont accueillis sur du yodel allemand, dans une salle adossée à la ferme où dorment les vaches Abondance du couple, dont le lait donne l’appellation AOC au reblochon. Sur de grandes tablées s’enchaînent divers plats comme les diots, ces saucisses typiques savoyardes, des tartiflettes et potées dans une ambiance très bonne franquette.

A ramener de Samoëns : du Crioutin et de la brioche septimontaine

En quittant Samoëns, les plus gourmands pourront ramener des crioutins, un fromage de vache au lait cru souvent comparé au crottin de chèvre. Ils sont fabriqués par Aurore Delesmillières et son compagnon Bernard Mogenet sur un des flans du Criou, une des sept montagnes qui entourent le village.

Les becs sucrés n’hésiteront pas à déguster une brioche septimontaine à base de praline, à la Jaÿsina, la boutique de Thierry Froissard. Ce MOF pâtisser originaire de Lyon a choisi de s’installer à Samoëns pour créer des gourmandises faites maison.

Enfin, chaque année en janvier, il est également un des participants de la Semaine Vigneronne, un festival gastronomique qui accueille 20 vignerons pour partager leur passion et leurs idées d’appariements de leur cru. Un événement parfait pour les amateurs de ski et d’œnologie !

Ski à Samoens

Anaïs Digonnet

Si les Etats-Unis, et notamment New York, reste mon terrain de jeu favori, je ne résiste jamais à l'envie de prendre un billet d'avion. Comme disent les Américains : you only live once :)

Laisser un commentaire