Thaïlande : les rues de Bangkok pavées de… prostituées

Sukumvit Road - Bangkok

« You want to see the ping pong show ? » Quand on vous propose ce type de sortie dans les rues de Bangkok, il ne faut pas s’attendre à aller voir une compétition entre deux pongistes avertis. Les joueuses seront plutôt dévêtues, elles flirteront certainement avec les règles (de la bienséance) et s’approcheront très près du public. Autant décliner l’offre poliment quand on est un simple touriste.

Dans l’ambiance de Sukumvit Road

Bangkok est réputé pour ses quartiers chauds, le quartier de Patpong notamment. Mais pas besoin de s’y rendre pour se plonger dans l’ambiance. Du côté de Sukumvit Road, dans le quartier des affaires, à la station de métro Nana (ça ne s’invente pas !), certaines rues sont également pavées de prostituées. Elles attendent pendant des heures qu’un homme vienne les aborder. Les hommes, eux, attendent la nuit, installés dans les bars.

Derrière une Chang, la bière locale, toujours les mêmes visages : des Occidentaux, blancs, d’un certain âge, très propres sur eux. Ils viennent se payer des vacances en Thaïlande et des prostituées pas chers le temps de leur séjour. Leurs regards sont tournés vers la rue, où ils peuvent voir les filles passer, mais aussi les marchands de fruits, brochettes ou salades, qui ont installé leurs stands sur le trottoir pour profiter de la manne des touristes. Dans le quartier, les prix sont d’ailleurs cinq fois plus élevés qu’ailleurs.

Les transsexuels portent bonheur

S’ils ne prennent pas place dans les bars ouverts sur la rue 24h/24, ces hommes vont se faire masser dans un des nombreux salons de la capitale. Les massages font partie du quotidien des Thaïlandais. Ils se font masser le dos, les pieds ou le corps entier, régulièrement, pour quelques centaines de baths.

Mais certains salons, moins nombreux, proposeront, après le classique massage thaïlandais, un petit plus qui fera la différence ! Pour certains clients, la différence se fera aussi en dessous de la ceinture ! Ils découvriront après coup que la masseuse était un masseur… De nombreux transsexuels se prostituent, une manière pour eux de se prouver que leur transformation physique est aboutie. Et certains ressemblent à s’y méprendre à des femmes!

Les « katoeys » sont bien intégrés dans la société, surtout en ville. Pour les Thaï, qui sont très tolérants, ils portent même bonheur. Une ouverture d’esprit due à leur religion, le bouddhisme. Plus tourné vers l’homme et l’être que vers dieu, le bouddhisme prône la compassion pour autrui. Et surtout, il ne condamne pas la sexualité comme d’autres religions et préfère l’adultère au divorce !

Cabbages and condoms

Tromper sa femme, une coutume locale

Mais les prostituées ne sont pas « destinées » qu’aux Occidentaux. Les locaux n’ont aucune honte à payer les services d’une prostituée, à aller dans un salon de massage érotique ou dans un bar dansant, qu’ils soient mariés ou non. Il est couramment admis qu’un homme marié qui n’est pas satisfait de ses rapports avec son épouse aille voir une prostituée. Une tolérance inconcevable en Occident ! C’est aussi une manière de participer à l’effort national : la prostitution représenterait plus de 10% du Produit intérieur brut !

La prostitution engendre un autre problème majeur dans le pays : le sida. Plus encore que pour le paludisme ou la dengue, les ambassades mettent en garde leurs ressortissants et les enjoignent d’utiliser des préservatifs. 500 000 Thaïlandais seraient actuellement porteurs du virus. Une association, The Population and Community Development Association (PDA), lutte depuis 1974 contre ce fléau et récoltent des fonds à travers, entre autres, son restaurant à Bangkok. Tout près de Sukumvit, le « Cabbages and condoms » (choux et capotes !) permet de manger un pad thai dans un beau jardin tropical, à côté de sculptures réalisés en préservatifs ! C’est sans doute le seul restaurant où on vous glisse des préservatifs avec la note !

Recherches qui ont permis de trouver cet article :

    prostitution thailande, thaïlande prostitution, bangkok prostitution, prostitution bangkok, prostitution en thaïlande, quartier chaud bangkok, Quartier Chaud de Bangkok

Emmanuelle Viresolvit

Journaliste en PQR née le 07/02/1983. En France ou à l'étranger, pour le travail ou le plaisir, les voyages sont toujours enrichissants, même quand on ne s'y attend pas ! S'est découvert une passion pour l'Asie !

2 commentaires

  1. Ping :Thaïlande : le pire et le meilleur de Bangkok | Caraporters

  2. Ping :Thaïlande : la Full Moon Party, paradis des fêtards

Laisser un commentaire