Thaïlande : le pire et le meilleur de Bangkok

Bangkok - Thailande

Bangkok, la ville aux 14 millions d’habitants, est pétrie de contrastes saisissants. La pudeur des habitants tranche avec les prostituées – qui seraient près de 200 000 –, la modernité des buildings avec les klongs, ces canaux qui jalonnent la vieille ville, et les multiples temples disséminés dans la ville.

Bangkok, la Venise de l’Asie

Bangkok est surnommée la Venise de l’Asie. La partie la plus ancienne est construite sur la rivière qui traverse la capitale, le Chao Phraya. Il suffit d’emprunter un bateau à une des nombreuses stations situées le long du fleuve, pour découvrir cette partie de la ville, qui fait face aux buildings des multinationales.

Au gré de la balade, on découvre ces maisons suspendues au-dessus de l’eau, qui ne tiennent que sur quelques poteaux de bois. Mais malgré les affres du temps et du climat, elles tiennent le coup. Les inondations qui ont ravagé Bangkok en 2011 les ont éprouvées. Mais tous les travaux semblent être un travail de Titan, dans ces canaux traversées par de nombreux bateaux. Ceux des touristes, armés d’appareils photos, et ceux des vendeurs ambulants. Ils profitent des accès aux maisons pour vendre leurs soupes ou leurs plats aux locaux, sans jamais quitter leur barque. Ils vont également alpaguer les touristes sur les marchés flottants.

Des odeurs dépaysantes

Les Thaïlandais mangent la plupart du temps en dehors de chez eux. Pour quelques baths, ils achètent au gré de leur trajet, sur le trottoir, des brochettes, des salades toutes prêtes, des ananas, des durian, un fruit dont ils raffolent mais qui sent les égouts (vraiment), ou bien du riz accompagné de curry vert ou de massaman. Les trottoirs de Bangkok sont jonchés de ces stands ambulants et donnent à voir et à sentir toutes sortes de couleurs et d’odeurs.

Les tuk-tuk participent à ce mélange d’odeurs diverses. Ces taxis montés sur des tricyles très polluants filent à toute allure dans la ville, slalomant entre les 4X4, les bus et les voitures. Une expérience périlleuse ! Mais c’est un mode de transport peu coûteux pour ceux qui ne peuvent pas se payer le BTS, le métro aérien. D’une propreté impeccable (les employés nettoient les escaliers au chiffon, marche après marche!), le métro est bien plus moderne que le notre, avec ces écrans de télé animés de publicité. En France, ils auraient déjà été brisés ou volés !

Le respect des traditions

Bangkok offre le pire et le meilleur en toutes choses, mais reste attaché aux traditions. Chaque construction compte une maison des esprits à proximité. Cette petite maison recouverte de feuille d’or et d’offrandes, à l’image des temples, accueille les esprits qui habitaient sur le terrain avant la construction. Dans les maisons, chaque nouveau venu doit faire une offrande : des fleurs ou un cierge. Dans le cas contraire, il verra son sommeil perturber par les esprits. Cette tradition se retrouve dans tous les bâtiments en Thaïlande. Même à Bangkok, les hôtels, banques ou immeubles ont leur maison des esprits. Un mélange toujours surprenant de la modernité de cette ville et de son respect des traditions et de la religion.

Emmanuelle Viresolvit

Journaliste en PQR née le 07/02/1983. En France ou à l'étranger, pour le travail ou le plaisir, les voyages sont toujours enrichissants, même quand on ne s'y attend pas ! S'est découvert une passion pour l'Asie !

3 commentaires

  1. Ping :Thaïlande : le pire et le meilleur de Bang...

  2. Quelques lacunes dans votre présentation de la ville de Bangkok lorsque vous parlez des Tuk-Tuk très polluants et qui participent au mélange d’odeurs diverses .Tous ceux que j’ai pris dernièrement ont a l’arrière une bonbonne de LPG chez eux ,ou GPL en France ;c’est certainement le carburant le moins polluant en particules fines après l’électrique .Les très anciens TUK-TUK étaient en effet très polluants .Quant a dire que la durian sent les égouts ,il faut-être bien délicat ;pour ma part ,c’est un fruit que je trouve délicieux .Les gouts et les couleurs ne sont pas appréciés par tous de la même façon .A part ces détails ,j’ai aimé votre article ,merci.

    • Emmanuelle Viresolvit

      Merci pour vos commentaires. Effectivement les goûts ne se discutent pas ! Les Thailandais raffolent du durian. Pour ma part, j’ai eu l’occasion de le sentir de près sur les étals mais également de le goûter (par erreur!). Et je peux vous assurer que je n’en ai pas repris deux fois ! Mais le goût change avec la maturité du fruit, paraît-il.
      Quant aux tuk-tuk, vous avez raison, la majorité s’est convertie au GPL. Vous avez l’air de bien connaître ce pays !
      Merci d’être venu me lire sur Caraporters.

Laisser un commentaire